« Tales from the Loop » : analyse de la fin de la saison 1

Tous les lundis, retrouvez notre rubrique sur l’analyse de la série du moment ! On se penche sur « Tales from the Loop ». La série est disponible sur Amazon Prime Vidéo ! Aujourd’hui c’est l’analyse des deux derniers épisodes de la saison 1 ! Attention spoiler ! 

7 : Ennemis : Le début de l’épisode se déroule dans le passé. On retrouve apprend comment George, le père de Cole et mari de Loretta a perdu son bras. Trahi par ses amis étant petit, il est abandonné sur une île qui est réputée pour abriter un monstre. George est mordu par un serpent de mer au bras, sa blessure s’infecte pendant la nuit et c‘est ce qui causera une amputation. Pendant son séjour sur l’île il découvre le repère du « montre ». De retour dans le présent, George se décide de nouveau à affronter ses peurs et retourne sur l’île. 

8 : Comme avant : Cole se sent seul. Son frère, Jakob, lui manque terriblement. D’autant plus que ce n’est pas vraiment son frère, il s’agit de l’esprit de Danny dans le corps de son Jakob. Cole rend visite à Jakob/Danny qui a pris un appartement en ville pour s’éloigner de sa fausse famille. N’en pouvant plus de cette situation, il révèle à Cole que lui et son frère ont échangé leurs corps. Danny révèle à Cole que l’esprit de Jakob est désormais enfermé dans un robot. Cole part le retrouver et s’ensuit une boucle temporelle assez incroyable. 

Épisode 7 : Science-fiction ou horreur ?

Une des spécialités de la série est de mettre à l’épreuve notre notion du temps. C’est encore le cas avec l’épisode 7 qui débute sans prévention dans le passé. On y apprend notamment comment George a perdu son bras. Abandonné lâchement par ses « amis » qui disons le clairement, représente parfaitement la définition de « petit con » détestables, il se retrouve prit au piège d’une île qui lui causera la perte d’un de ses bras après une morsure de serpent de mer. Un monstre est censé habiter cette Île, cependant il ne s’agit en fait pas d’un vrai monstre, mais d’un robot. Le titre de l’épisode, « Ennemis » est donc trompeur, tout comme sa construction. En effet, celle-ci est réalisée comme un film d’horreur. Le petit George est abandonné sur l’île, aperçoit divers objets qui lui suggère qu’elle n’est pas abandonnée, puis une immense marque de main sur un arbre. Le monstre décrit comme sanguinaire avec des griffes énormes devient de plus en plus réel, d’autant que le premier contact de George avec lui est effrayant. Il ne voit qu’un œil lumineux bleu recouvert par une capuche, un peu à l’image des Jawas dans « Star Wars ». Georges parvient à s’enfuir en lui envoyant une décharge électrique à l’aide d’une sorte de taser. Il sera ensuite secouru puis on lui greffera un bras mécanique.

La seconde partie de l’épisode se déroule dans le présent. George se remémore son expérience traumatisante lorsque son fils joue avec le taser qu’il avait gardé en souvenir. Le fait que ce soit son fils qui déclenche ses souvenirs n’est pas anodin, car cet épisode est aussi un symbole de la transmission père-fils, d’abord entre Russ et George, puis entre George et Cole. En effet, le fameux robot qui se trouve sur l’île était la première création de Russ, l’ancien directeur du Loop qui meurt dans l’épisode 4. Le robot dérangeait trop la population, Russ l’a donc envoyé sur l’île. C’est son héritage, une création qu’il considérait « comme son propre enfant ». George a toujours était effrayé par cette île, encore plus depuis son expérience dramatique. Russ, censé être une figure paternel rassurante ne l’est pas du tout. La réalisation met ce fait assez bien en valeur puisque Russ n’apparaît jamais à l’écran. Même lors d’une discussion avec George, il est dans le noir, on ne peut pas distinguer son visage. Une fois Russ mort, George adulte s’affranchit de sa peur de l’île et du robot en y retournant seul. Paradoxalement, le robot est la seule chose qui le relit encore directement à son père. De nouveau sur l’île il parvient à le retrouver. Ce dernier a un bras en moins suite à l’attaque au taser dans le passé. George lui offre alors son bras mécanique. L’épisode se termine ainsi, les deux personnages se regardant, tels deux frères tous deux abandonnés par leur père.

Le « monstre » de l’île

Épisode 8 : Une boucle temporelle incroyable

L’épisode final de cette saison était censé répondre aux questions de l’intrigue principale qui n’étaient pas encore résolues : que va devenir Jakob dans le corps du robot ? Danny va-t-il pouvoir continuer à incarner sa fausse identité ? Que cache véritablement le Loop et pourquoi tant de phénomènes se déroulent-ils dans ce village ? Si l’épisode répond parfaitement aux deux premières questions, il n’en est rien concernant la dernière et ce n’est pas plus mal. L’ambiance générale de la série repose sur une étrangeté inquiétante et froide. Tout révéler reviendrait à la supprimer. En ce qui concerne l’épisode final, la timeline est assez incroyable et j’espère que vous avez parfaitement suivi tous les épisodes si vous ne voulez pas vous retrouver complètement perdu. Cole s’aperçoit bien que Jakob a changé depuis quelque temps. Désormais installé en ville, son frère fuit sa famille. Cole lui rend visite et Jakob déclare qu’il n’est pas son frère mais Danny. Il lui révèle les évènements de l’épisode 2, comme quoi son frère et lui ont échangé leurs corps. C’est à ce moment que la première grande révélation de l’épisode ce fait. Le corps de Danny, jusque-là dans le coma, est maintenant mort. Son esprit est donc condamné à rester dans le corps de Jakob jusqu’à sa mort. Danny révèle aussi à Cole que l’esprit de son frère est dans un robot, Cole part donc à sa recherche. 

Cole retrouve le robot et découvre que l’esprit de son frère y est véritablement enfermé. Les deux frères partent retrouver Loretta, désormais directrice du Loop, pour trouver un moyen de redonner un corps à Jakob. Assez inexplicablement, ils se font attaquer par un autre robot sans raison apparente. Jakob parvient à remporter le combat et à protéger son frère mais il est désormais endommagé. Il ne survivra pas au voyage, son corps mécanique s’écroulant. Si cet événement a le mérite de donner une atmosphère tragique à l’épisode, je trouve que cette attaque est une facilité scénaristique pour s’éviter à devoir gérer la question de « que ce serait-il passer si Jakob avait réussit à rejoindre le Loop pour trouver un moyen de récupérer son corps ». Surtout que jusqu’alors, les robots étaient très pacifistes, soit ils n’avaient pas de vie propre et avaient besoin des humains pour fonctionner, soit ceux qui étaient en vie se cachaient et n’avaient pas d’intentions hostiles. C’est la première et seule incohérence de la série, qui ne remet toutefois pas en cause la très grande qualité de l’épisode. Car la suite est tout bonnement incroyable. En allant chercher son frère, Cole est passé par un petit ruisseau qui était entièrement gelé, bizarre en pleine période printanière. Après la destruction du robot qui contenait l’esprit de Jakob, Cole repasse devant ce ruisseau qui a dégelé. En le franchissant, il a déclenché une accélération temporelle qu’il est le seul à ne pas avoir subi. En allant chercher sa mère pour lui apprendre ce qui était arrivé à son frère, il découvre qu’elle est beaucoup plus vieille. 

Quasiment tous les épisodes ont un rapport intime à la notion de temps. Loretta enfant est téléportée dans le futur dans l’épisode 1, le temps s’arrête dans le 3ème, le 4ème met en avant la notion de la fin de l’existence, le 6ème se déroule dans un univers parallèle. L’épisode finale n’échappe pas à la règle. Le village qui entoure le Loop semble prisonnier des caprices d’objets futuristes, et plus largement, du temps, qui semble être tout sauf rationnel. Cole a subit une ellipse de plusieurs années, et se retrouve dans un monde ou son frère n’est plus, tout comme sa grand-mère, sans doute morte de vieillesse, et son père, mort d’un arrêt cardiaque. Il rencontre également Danny qui a vieilli dans le corps de Jakob et qui a désormais une fille qu’il lui présente. Au début de l’épisode, Cole s’amuse à prendre des photos de sa grand-mère, un moyen de conserver des souvenirs, mais aussi de figer le temps. Comme un symbole à la toute fin, il prend sa mère en photo et pendant un instant, croit apercevoir la Loretta enfant qu’il avait rencontrée dans l’épisode un. La série s’amuse littéralement à nous balader avec des ellipses et des visions qui nous font perdre toute idée de temporalité. Finalement, la saison se termine avec Cole, adulte, en compagnie de sa femme et son fils devant son ancienne maison, qui répond à une question de son fils : « Tu as l’impression que ça fait longtemps ? (qu’il n’est pas revenu devant sa maison) ». Cole répond avec la même phrase que sa mère avait utilisé auparavant pour savoir si le temps était passé vite depuis sa jeunesse : « Un battement de cils ».

Cole retrouve son frère, dont l’esprit est enfermé dans un robot

Conclusion :

La saison 1 de « Tales from the Loop » incarne ce que doit être le genre de la science-fiction. Ici, la science est au service de l’intrigue et pas l’inverse. La direction artistique aura réussi à installer une douce poésie fascinante tout au long des épisodes, tandis que la grandiose réalisation apporte une touche d’étrangeté inquiétante propre à la science-fiction. La conclusion finale laisse un étrange sentiment, partagé entre cette fin exceptionnelle où toutes les temporalités se mêlent et un mélange de douce mélancolie. Définitivement, « Tales from the Loop » est l’une des séries marquantes de l’année. 

Retrouvez l’analyse des épisodes 5 et 6 à ce lien !

F.M

Et vous qu’avez-vous pensé des épisodes ? Dites-le nous dans les commentaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.