« Tales from the Loop » : Analyse des épisodes 5 et 6

Tous les lundis, retrouvez notre rubrique sur l’analyse de la série du moment ! On se penche sur « Tales from the Loop ». La série est disponible sur Amazon Prime Vidéo ! Aujourd’hui c’est l’analyse des épisodes 3 et 4 ! Attention spoiler ! 

5 : Contrôle : Afin de protéger sa famille, Ed doit faire des choix importants. Son fils, Danny, est dans le coma bien que son esprit soit en fait dans le corps de Jakob. Sa jeune fille, Kate, est muette et ne se sent plus en sécurité depuis l’accident de son frère. Quant à sa femme, elle s’inquiète de la difficulté financière de la famille. Ed demande donc un acompte à son patron afin d’acheter une immense machine qui est connectée à son utilisateur et imite chacun de ses mouvements. La sécurité revient pendant un temps avant qu’Ed ne devienne un peu paranoïaque…

6 : Parallèle : Gaddis est le gardien et agent d’accueil du Loop. Il mène une vie solitaire près des bois, aimant écouter le chant des oiseaux. En quête d’amour, il est tombé amoureux d’un homme qu’il a seulement aperçu en photo. Alors qu’il repart un tracteur, ce dernier est en fait une machine qui permet de voyager dans des mondes parallèles. Gaddis se retrouve en face d’un autre lui qui est en couple avec l’homme de la photo. 

Épisode 5 : Retour vers l’étrange

L’épisode 5 de « Tales from the Loop » est un retour à l’atmosphère froide et étrange qu’il y avait dans les deux premiers épisodes. Les deux précédents étaient beaucoup plus chaleureux avec des personnages qui se livraient sur leurs sentiments, avec un petit côté épique pour le troisième, et un côté fataliste pour la quatrième. L’aspect très froid est de retour dans le cinquième épisode, bien aidé par son calme extrême, dans le sens où il y a très peu de dialogues et peu de sons. En effet, un des personnages principaux de l’épisode, la jeune Kate, est muette, ses parents communiquent donc avec elle par le langage des signes. Cette fausse tranquillité n’est perturbée que par les bruits que produits le Recycleur, la machine qu’Ed a acheté afin d’apporter plus de sécurité à sa famille. On retrouve aussi cette impression que tous les personnages de la série sont marginaux, ou du moins, qu’ils sont isolés les uns des autres, même au sein des familles.

Une sécurité qui ne tient qu’à un fil. Kate ne se sent pas bien depuis que son frère Danny est dans le coma. De plus, Ed surprend un jeune homme en train de l’espionner depuis le jardin. C’est la raison pour laquelle il achète le Recycleur et décide de patrouiller toutes les nuits devant sa maison. Cependant, il ne sait pas que le jeune homme en question est Jakob ou plutôt l’esprit de Danny dans le corps de Jakob. Ce dernier a donc révélé à sa soeur qu’il est prisonnier d’un autre corps. Un élément qui fait avancer l’intrigue principale de la série qui devrait surement tourner autour de ça jusqu’à la fin de la saison.

Cet épisode met en relief les problèmes familiaux qui peuvent survenir après un drame (l’accident de Danny). Ed veut tout mettre en œuvre pour que sa famille se sente en sécurité. Cependant, à force de trop les protéger, il devient paranoïaque, en oubli ses autres tâches, et finit par les perdre. Heureusement, il se rend compte de son erreur et finit par vendre le Recycleur. La machine symbolise la sécurité à outrance, qui finit par menacer son propre microcosme.

Épisode 6 : Un faux rêve

On avait déjà aperçu un bon nombre de fois le personnage de Gaddis, le gardien du Loop, mais jusque-là, l’intrigue ne s’était pas vraiment intéressée à lui. C’est désormais chose faite. Ici, la science-fiction, comme dans l’épisode 3, prend une place très importante dans l’histoire. En réparant le tracteur, Gaddis se retrouve dans un univers parallèle. Surprise, dans cet univers, il se retrouve en face de lui-même, ainsi que de l’homme dont il est amoureux, bien qu’il ne l’ait jusqu’à présent seulement vu en photo. Cet épisode ressemble dans la forme beaucoup au troisième et dans le fond beaucoup au quatrième. Deux théories sont possibles, Gaddis est-il réellement dans un autre monde ou s’agit-il seulement d’une représentation de ses fantasmes ? La réponse scénaristique est évidemment la première, mais la morale se retrouve forcément dans le second point. 

Gaddis est confronté à lui-même, dans une version plus assurée et plus mature, qui plus est en couple avec sa représentation de la perfection. Petit à petit, il prend confiance, après tout, si son double à réussir à conquérir cet homme, pour ne pourrait-il pas le faire ? Le scenario va droit dans cette direction tandis que la réalisation prend un malin plaisir à faire en sorte que l’on distingue de moins en moins la différence entre les deux Gaddis. En étant attentif, vous remarquerez que les chemises bleues et beiges des deux Gaddis sont échangées à un moment donné, passant d’un personnage à l’autre, afin de perturber le spectateur. Finalement, le fantasme éveillé qu’il vit va vite être confronté à la réalité de la vie. Il y a un rapport assez particulier à l’image de la perfection dans l’épisode. En tentant de conquérir son fantasme, Gaddis recherche en fait la perfection absolue qu’il se représente. Sauf que Alex, son fantasme, n’a couché avec lui que parce qu’il représente « une nouveauté ». La chute est lourde, mais symbolise le fait que, comme le disait bien son double, « la réalité n’est pas parfaite », qu’un fantasme ne peut pas exister en réalité. Gaddis finit par s’enfuir. Dans le village, il rencontre Kent, un homme qu’il avait rejeté dans son monde, qui dans l’univers parallèle s’intéresse aux mêmes hobbys que lui. L’épisode finit sur cette image, Gaddis ne retournant donc pas dans son monde. Il laisse de côté son fantasme pour accepter la réalité représentée par le personnage de Kent. 

Conclusion :

Le cinquième épisode nous replonge dans l’atmosphère froide et étrange de la série tandis que le sixième retrouve un peu de chaleur. La série confirme une tendance claire depuis le début de la saison, l’objet de science-fiction, qui permet un tant de s’évader de la réalité, ne marche qu’un moment. Une fois que son utilisateur est rattrapé par la réalité, la fin est presque toujours tragique. C’est à nouveau le cas ici. Reste encore une inconnue. Quid de l’esprit de Danny dans le corps de Jakob, et celui de ce dernier dans le robot ? Ces deux questions sont pour le moment les seuls éléments de science-fiction qui persistent dans un univers très réaliste.

Retrouvez l’analyse des épisodes 4 et 5 à ce lien !

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé des épisodes ? Dites-le nous dans les commentaires !

Une réflexion sur “« Tales from the Loop » : Analyse des épisodes 5 et 6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.