« Tales from the Loop » : Analyse des episodes 3 et 4

Tous les lundis, retrouvez notre rubrique sur l’analyse de la série du moment ! On se penche sur « Tales from the Loop ». La série est disponible sur Amazon Prime Vidéo ! Aujourd’hui c’est l’analyse des épisodes 3 et 4 ! Attention spoiler ! 

3 : Stase : May est une jeune adolescente en quête d’amour. Elle vit mal la réalité qui ne lui permet pas de vivre longtemps les moments les plus intenses de sa vie. Elle va vivre une expérience extraordinaire lorsqu’elle trouve un objet qui lui permet de faire un simple moment une éternité

4 : Écho Sphere : Le directeur du Loop, Ross est atteint d’une maladie en phase terminale. Cole, son petit-fils, le vit très mal. Lorsque Ross l’emmène près d’une Sphère qui a le pouvoir de déterminer l’espérance de vie, le petit garçon est confronté à la nature même de l’existence. De son côté, Ross doit décider qui sera le futur directeur du Loop, et se retourne sur sa vie avec quelques regrets.

Épisode 3 : Un épisode chaleureux

Le titre est un peu provocateur, puisque l’ambiance de la série est globalement très froide. Cependant, cet épisode est le plus chaleureux de cette première moitié de la saison. Jusqu’à présent, les personnages ne montraient peu ou pas du tout leurs sentiments. Avec l’histoire d’amour de May et d’Ethan, la série fait un brusque changement de cap. May est la petite amie de Jakob ou plutôt de Danny dans le corps de Jakob. Elle traverse une crise d’adolescence, se demandant en vain pourquoi les moments les plus plaisants de la vie s’estompent si vite. Sa relation avec Jakob/Danny en est le symbole. Les premiers moments d’exaltations se sont évanouis. Heureusement, elle fait la rencontre d’Ethan et trouve un objet qui lui permet d’arrêter le temps. Les deux jeunes adolescents tombent rapidement amoureux et profitent de l’objet pour faire d’un moment une éternité. Si le scénario va rapidement déraper, c’est le fait que des personnages se livrent enfin sur leurs sentiments qui fait que l’épisode est plus chaleureux que les autres.

Seulement, comme depuis le début de la série, la réalité rattrape très rapidement la science-fiction. Tout d’abord, l’objet qui permet d’arrêter le temps doit être rechargé. En cherchant l’alimentation chez un réparateur, May tombe sur sa propre mère en pleine infidélité. May ne supporte pas d’être seule, la perspective que sa mère quitte son père la rend folle de rage. De plus, la moindre parole d’Ethan qui pourrait la laisser penser qu’il pourrait la quitter la bouleverse complètement. C’est ce qui va troubler leur idylle qui s’apparentait beaucoup à un amour d’été. Les deux jeunes se disputent alors, May insultant Ethan d’estropié (il a un pied tordu), les conduisant à la rupture. La peur de perdre l’autre aura finalement conduite May à perdre Ethan. 

L’épisode entier est une réflexion sur le bonheur, sur l’état de plénitude qui ne dure qu’un instant. Aristote disait : « Si le bonheur est un état de plénitude, alors il est inatteignable ». Sans aller jusque-là, la morale de l’épisode peut être résumée par le père de May, qui dans une réflexion très sage, déclare à sa fille « qu’un moment est spécial justement parce qu’il ne dure pas ». En effet, c’est le manque qui crée le désir. May s’en rend compte à la fin de l’épisode et c’est la raison pour laquelle elle ne se remet pas avec Ethan qui avait refait un pas vers elle. Elle comprend que ce qu’ils ont vécu n’était pas destiné à durer, et que c’est justement pour cela qu’elle sans rappellera toute sa vie. La relation amoureuse n’est pas forcément présentée sous ses meilleurs aspects dans cet épisode. Si l’on garde en tête les déclarations du père de May et la morale, les sentiments seraient condamné à s’évanouir avec le temps. 

Au niveau de la construction, cet épisode est vraiment concentré sur le personnage de May ainsi qu’Ethan. L’intrigue de fond n’avance pas vraiment et les évènements ne devraient pas créer de gros bouleversement dans l’histoire. À moins que l’objet qui arrête le temps ne soit réutilisé ou que May quitte Jakob/Danny suite à l’expérience qu’elle a vécue. 

May et Ethan

Épisode 4 : Une science-fiction réaliste

L’épisode 3 avait amorcé un début de changement dans la série. L’épisode 4 le confirme. L’atmosphère étrange des deux premiers épisodes disparaît complètement pour laisser place à une histoire beaucoup plus réaliste. Ross, le directeur du Loop est en phase terminale et son petit-fils, Cole, le vit très mal. Il l’emmène devant une sphère géante qui selon lui, a le pouvoir de révéler l’espérance de vie d’une personne grâce à l’écho de la voix. En ce qui concerne Cole, l’écho est répété 6 fois tandis que la voix de Ross n’en a aucun. Le directeur tente alors de faire accepter à son petit-fils la fatalité de l’existence. Cole ne l’accepte pas, et déclare à son grand-père de « rendre possible » la victoire face à la mort. Ross avait en effet déclaré plus tôt que son travail au sein du Loop consistait « à rendre l’impossible, possible ». Cependant, même l’organisation la plus avancée technologiquement qui étudie des objets capables d’arrêter le temps, de voyager dans le temps ou encore d’échanger les places des esprits dans les corps n’est capable de trouver un remède face à l’inéluctable. 

Depuis le début de la saison, la série a tendance à d’abord mettre en valeur un élément de science-fiction, avant de ramener les personnages à la dure réalité de la vie. C’est le cas pour la jeune Loretta qui retourne dans le passé et qui va affronter la vie sans sa mère, de Danny, coincé dans le corps de Jakob qui regrette l’absence de son meilleur ami et de ne pas pouvoir jouir d’une meilleure vie avec ses proches, de May, qui comprend que le bonheur d’un instant ne peut pas être éternel. L’épisode 4 est le symbole de tout cela. La science-fiction en est quasiment absente. On peut même se demander si la sphère possède réellement des pouvoirs ou s’il ne s’agit que d’une simple invention de la part de Ross pour faire comprendre le sens de l’existence à son petit-fils. Ici, le réalisme l’emporte sur la science-fiction et répond comme un écho à l’épisode précédent : c’est la mort qui donne un sens à la vie. La dernière scène est très émouvante. Alors que Ross a succombé à sa maladie, Cole se rend de nouveau face à la sphère. Il entre dedans, fait entendre sa voix, et a une vision de sa vie future. Lorsqu’elle s’évanouit, il est dans le noir complet, seulement illuminé par quelques lucioles. Un très beau plan qui fait écho aux paroles de Ross : « Même dans l’obscurité, on peut toujours trouver la lumière ».

En ce qui concerne l’intrigue sous-jacente elle avance cette fois-ci considérablement. Loretta est désormais la nouvelle directrice du Loop après la mort de Ross. Surtout, le robot qui semble renfermer l’esprit de Jakob refait son apparition en observant son petit frère, Cole, s’introduire dans le Loop. On peut imaginer qu’avec ce qu’il vient de vivre Cole va sans doute s’apercevoir que son frère a changé puisque c’est l’esprit de Danny qui est dans le corps de Jakob.

Ross et Cole

Conclusion :

Deux bons épisodes qui ont un propos très fort. La série prend encore plus d’envergure, plus de profondeur, pour fournir des réflexions intéressantes, toujours dans un univers très particulier. La direction artistique est elle vraiment impressionnante. J’espère que la suite le sera tout autant. La première partie de la saison de « Tales from the Loop » est en tout cas totalement réussie.

Retrouvez l’analyse des épisodes 1 et 2 à ce lien !

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé des épisodes ? Dites-le nous dans les commentaires !

Une réflexion sur “« Tales from the Loop » : Analyse des episodes 3 et 4

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.