Chronique Express : « De Gaulle » un blockbuster qui manque de force

« De Gaulle » est un film réalisé par Gabriel le Bomin avec Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet, Catherine Mouchet, Gilles Cohen, Tim Hudson et Pierre Hancisse. Le long-métrage est un biopic sur Charles de Gaulle pendant la seconde Guerre Mondiale, dans l’année 1940. Les Allemands sont sur le point d’envahir Paris et De Gaulle tente de convaincre le gouvernement de ne pas abdiquer et ne pas signer l’armistice. Face à la faiblesse de Paul Reynaud et la collaboration du Maréchal Pétain, le Général de Gaulle décide donc de s’exiler à Londres pour demander l’aide de Churchill. Alors qu’a pensé la Chronique Express du film ? Voici la critique de « De Gaulle » ! 

Entre blockbuster et film intimiste

« De Gaulle » est censé être LE film français de ce début d’année. Pas sûr cependant qu’il rencontre un succès incroyable au box-office. Pourquoi ? Si Gabriel le Bomin choisit de traiter différemment l’histoire en mettant surtout l’accent sur le De Gaulle père de famille, il échoue dans sa volonté de faire de son long-métrage un grand film. Par grand film, j’entends blockbuster. Car là est la volonté de la réalisation, faire un film rassembleur qui peut émouvoir n’importe quel public. Cependant, le métrage manque considérablement de force. Gabriel le Bomin n’arrive pas à se situer entre volonté de faire un blockbuster et un film intimiste, qui met plus en valeur l’amour du Général de Gaulle et sa proximité avec sa famille, notamment sa femme Yvette, et sa fille, Anne.

De ce point de vue, le film manque d’action, de suspense, d’un côté thriller, d’ampleur, d’une scène marquante. Même les prises de paroles à la radio de Londres n’ont pas le retentissement espéré. L’histoire qui nous est proposée fait beaucoup plus figure de documentaire que d’une fiction. Le personnage de De Gaulle qui est montré est très peu romanesque, manquant de charisme. Une donnée qui peut-être imputée aussi à la performance quelconque de Lambert Wilson.

Un parti pris original

L’originalité du long-métrage se trouve dans le parti pris du scénario. En choisissant de se concentrer sur la relation entre De Gaulle, sa femme, et leur fille Anne, qui est atteinte de trisomie 21, le portrait du Général est plus lyrique que ce que l’on a l’habitude de voir. Ce traitement est une bonne surprise car il donne une autre vision de De Gaulle. Ce n’est pas l’homme de guerre, le stratège qui est décrit dans le métrage, mais avant tout un père qui tente de protéger sa famille. Ce choix enlève également le côté un peu trop patriotique qu’il peut y avoir dans ce genre de film, ce qui est une bonne chose. Cependant, la réalisation aurait mieux fait de se concentrer uniquement sur le traitement intimiste plutôt que de tenter de l’associer à une histoire faussement grandiloquente qui ne fonctionne pas. Les passages les plus émouvants se trouvent en effet dans les scènes qui réunissent le Général et sa famille, tandis que ceux qui montrent les jeux de pouvoirs ou la guerre, malgré la bonne reconstitution des décors, manquent de puissance.

Lambert Wilson trop peu emballant

Si le personnage du Général De Gaulle manque de charisme, c’est dû comme dit précédemment à la prestation quelconque de Lambert Wilson. L’acteur n’est pas fondamentalement mauvais dans le rôle, mais son interprétation reste trop scolaire. Heureusement, Isabelle Carré, qui interprète Yvette de Gaulle rattrape le coup en délivrant une prestation plutôt émouvante et très juste. J’ai aussi bien aimé l’interprétation de Winston Churchill de la part de Tim Hudson, qui retransmet une image fidèle du Premier Ministre anglais. S’il apparaît peu de temps à l’écran, on sent vraiment qu’il s’est investi dans son rôle et l’incarne parfaitement, donnant le charisme nécessaire à un tel personnage. Tout le contraire de Lambert Wilson. Ce qui est tout de même très dommageable étant donné que c’est le personnage principal du film.

Conclusion :

On ne va pas reprocher à Gabriel le Bomin d’avoir manqué d’ambition avec « De Gaulle ». Il y a une vraie tentative de proposer quelque chose de nouveau, en mettant en avant une image peu connue du Général De Gaulle qu’il tente de mêler à des éléments de blockbuster. Cependant, ce pari est à moitié manqué. Si la partie intimiste est plutôt réussie, le reste manque de force, est peu emballant, trop scolaire, à l’image de l’interprétation de Lambert Wilson, ce qui donne un long-métrage trop moyen.

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous.

F.M

Et vous qu’avez vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

3 réflexions sur “Chronique Express : « De Gaulle » un blockbuster qui manque de force

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.