Retrospective Tarantino : « Jackie Brown »

Sorti en 1997, « Jackie Brown » est le troisième long-métrage de Quentin Tarantino avec Pam Grier, Samuel L.Jackson, Robert Forster, Robert de Niro, Michael Keaton et Chris Tucker. L’intrigue se concentre sur Jacqueline « Jackie » Brown, une hôtesse de l’air qui tente de faire passer de l’argent du Mexique aux Etats-Unis pour le compte d’un truand, Ordell Robbie. Cependant, elle se fait coincer par un agent de l’ATF (Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs), Ray Nicolette. Jackie se voit alors contrainte de collaborer avec la Police pour arrêter Ordell. Alors qu’un coup est monté pour une nouvelle livraison de 500 000 dollars, elle décide d’un plan en compagnie de Max Cherry, un chargé de caution, afin de piéger Ordell et de garder l’argent. 

SI « Jackie Brown » n’obtient pas de distinction particulière, le long-métrage a le mérite de relancer la carrière de Pam Grier et Robert Forster, qui étaient un peu has-been à cette époque. Robert Forster est même nommé dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle aux Oscars 1998 mais n’obtient pas la récompense. Aux Golden Globes 1998, Samuel L.Jackson et Pam Grier sont nommés dans les catégories meilleur acteur dans un film musical ou une comédie et meilleure actrice dans un film musical ou une comédie, mais ne gagnent pas non plus. Au box-office, le film rapporte 39 millions de dollars aux Etats-Unis. En France, il attire 1,33 million de spectateurs. Au total « Jackie Brown » aura généré 84 millions de dollars dans le monde soit le troisième moins bon score pour Quentin Tarantino. 

« Jackie Brown » arrive 3 ans après « Pulp Fiction ». C’est le troisième film de gangsters de suite pour le réalisateur. C’est surtout la première fois que Tarantino utilise une narration linéaire, et ce, même si l’action finale est divisée en trois séquences. « Jackie Brown » est stylistiquement beaucoup plus proche de « Pulp Fiction » que de « Reservoir Dogs ». On retrouve tout le talent de parolier de Tarantino, notamment à travers le personnage d’Ordell Robbie très proche de celui de Jules Winnfield. Les deux sont très grandiloquents et souhaitent prendre leur retraite après des années de crimes. Ordell est Incarné par un Samuel L.Jackson toujours aussi incroyable lorsqu’il est dirigé par Quentin Tarantino.  

On retrouve de nombreuses similitudes entre les deux films. Il y a notamment deux triangles amoureux. Dans « Pulp Fiction », c’est celui formé par Vincent Vega, Mia Wallace et Marsellus Wallace tandis que dans « Jackie Brown », il y a celui d’Ordell Robbie, Melanie et Louis Gara. 

S’il y a moins de tensions que dans « Reservoir Dogs », et moins de folie que dans « Pulp Fiction », ce troisième film de gangsters est celui où il y a le plus de suspens. L’intrigue tient en haleine jusqu’à la fin. On se demande qui de Jackie, d’Ordell ou de Ray va avoir le fin mot de l’histoire. Finalement, c’est bien Jackie qui s’en sort le mieux. Tarantino a la main plutôt lourde avec les gangsters, leur offrant à chaque fois une fin tragique. « Jackie Brown » n’échappe pas à la règle puisque Ordell, Louis Gara et Beaumont finissent tous par se faire tuer. Le film dépeint d’ailleurs une image particulièrement rabaissante pour eux, contrairement à « Reservoir Dogs » et « Pulp Fiction » où les personnages de M.White ou encore Jules Winnfield sont dépeints comme ayant des côtés assez sympathiques. Ici, pas de gangsters avec un crédo vertueux, ni de gangsters charismatiques et séducteurs. À travers Ordell, le gangster se montre simplement cruel et avide.

L’intrigue du long-métrage est assez classique pour un film de ce genre. Elle permet surtout à Tarantino de mettre pour la première fois une héroïne au centre d’un de ses films. Un test plutôt concluant puisque après « Jackie Brown », Tarantino réalisera les deux « Kill : Bill ». Jacqueline « Jackie » Brown n’est peut-être pas le personnage féminin le plus marquant de la filmographie de Tarantino, il n’empêche que Pam Grier propose une véritable bonne performance. À l’image des héroïnes du réalisateur, elle dégage une classe et un charisme impressionnant. Elle ne montre aucune faiblesse, et est particulièrement redoutable lorsqu’il s’agit de se battre pour son avenir. Beatrixx Kiddo dans « Kill : Bill » a beau être une experte en combats, elle montre beaucoup plus de faiblesses que Jackie. 

Le reste du casting est un peu plus en retrait. Robert de Niro est méconnaissable dans le rôle de Louis Gara, un gangster qui sort de prison et qui ne prend aucune décision par lui-même. Un rôle qui tranche incroyablement avec ceux qu’il a habituellement dans ce genre de film. Mais si le personnage semble en retrait, ce n’est pas juste à cause de l’intrigue mais aussi due au formidable talent de son interprète. Je l’aurais peut-être même presque nommé lui en tant que meilleur second rôle plutôt que Robert Forster, qui sans faire une mauvaise performance, m’est apparu assez banal.

« Jackie Brown » se trouve être à un croisement stylistique entre « Reservoir Dogs » et « Pulp Fiction ». Plus efficace, le film tourne moins autour du pot, mais moins de tensions, moins de folie, beaucoup moins d’actions et par conséquent, un rythme beaucoup plus lent. Surtout, il ne comporte pas de scène légendaire comme « Pulp Fiction » qui reste le maître dans ce domaine dans la filmographie de Tarantino. « Jackie Brown » est efficace, tient en haleine, et reste au-dessus de la mêlée par rapport aux films du même genre. Cependant, dans la filmographie de Tarantino, il s’impose plus comme un film de transition que comme un des meilleurs.

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous.

F.M

Et vous qu’avez-vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.