Chronique Express : « Les filles du docteur March », un film très actuel.

« Les Filles du docteur March » est un film réalisé par Greta Gerwig avec Saoirse Ronan, Florence Pugh, Timothée Chalamet, Emma Watson, Eliza Scanlen, Laura Dern et Mery Streep. Le long-métrage est l’adaptation du roman « Les Quatre filles du docteur March » de Louisa May Alcott, paru en 1868. L’intrigue se déroule au nord-est des États-Unis, dans la Nouvelle Angleterre pendant la Guerre de Sécession. Le père de la famille March est parti comme aumônier pour la guerre, laissant sa femme et ses quatre filles derrière lui. Joséphine, Margaret, Amy et Elizabeth vont alors faire la connaissance de Laurie, un jeune homme à peu près de leur âge qui va particulièrement s’attacher à Joséphine. Les quatre filles font face aux difficultés quotidiennes de la vie en temps de guerre alors qu’elles aspirent à des destins différents. Joséphine veut devenir auteure et refuse de se marier. Margaret tombe amoureuse de John Brooke, le précepteur de Laurie, et souhaite réussir son mariage. Amy elle, part à Londres et souhaite épouser un riche mari afin de subsister aux besoins de la famille tandis qu’Elizabeth, passionnée de musique et de piano, elle tombe gravement malade en aidant une famille très pauvre dont les enfants avaient contracté la scarlatine. Alors qu’a pensé la Chronique Express du film ? Voici la citrique de « Les Filles du docteur March » ! 

Un film actuel et fort émotionnellement

Autant vous le dire tout de suite, vous devriez lâcher une larme en allant voir « Les Filles du docteur March ».Greta Gerwig fait une adaptation particulièrement larmoyante du roman de Louisa May Alcott.Le ton est donné très rapidement grâce à la chronologie. En effet, le métrage est constitué de façon non linéaire. On débute dans le « présent » avant de retourner dans le passé avec de nombreux flashbacks. Ainsi, la maladie d’Elizabeth est dès le début évoquée, ce qui donne un aspect assez tragique à l’œuvre. On passe en effet des moments de bonheur pendant l’enfance des filles au présent, qui lui est beaucoup plus dur. 

Le film est de plus en plus fort en émotions au fur et à mesure des minutes. En fait, il suit les émotions de Joséphine, qui est le personnage principal du métrage. Si elle est particulièrement mise en valeur, c’est parce que son personnage est inspiré directement de la vie de son auteure, Louisa May Alcott. La fin du film est particulièrement puissante, mais nous y reviendrons plus tard. 

« Les Filles du docteur March » a beau raconter une histoire du 19ème siècle, son histoire est très actuelle par rapport à la montée des mouvements féministes. Le personnage de Joséphine incarne parfaitement cette lutte. Elle souhaite disposer de sa vie comme elle l’entend, de ne pas se marier si elle le souhaite. Comme elle le dit dans le film, elle ne comprend pas pourquoi les femmes ne sont qu’associées à l’amour et refuse d’être considérée comme telle. De plus, elle aurait également souhaitée s’engager dans l’armée, comme son père, mais cela était interdit aux femmes à cette époque. Le personnage de Joséphine incarne donc une volonté d’indépendance que l’on retrouve beaucoup dans les revendications féministes à l’heure actuelle. 

Un casting au top 

Difficile de retirer une individualité du métrage tant la performance du casting est collective. Surtout en ce qui concerne Saoirse Ronan, Florence Pugh, Emma Watson et Eliza Scanlen. Cependant, Saoirse Ronan se démarque tout de même du groupe en délivrant une prestation vraiment très forte. J’ai aussi bien aimé Florence Pugh qui réhabilite le personnage d’Amy, souvent détesté par les fans du roman. Malgré son caractère d’enfant gâté, elle sait se montrer touchante en montrant à quel point elle était attachée à sa famille, ce qui n’était pas forcément le cas dans les précédentes adaptations. J’ai trouvé Emma Watson et Eliza Scanlen un peu en retrait par rapport aux deux autres. Concernant Eliza Scanlen, c’est plutôt logique au vu de ce qui arrive a son personnage, qui tombe gravement malade, et que l’on voit donc logiquement beaucoup moins à l’écran. En ce qui concerne Emma Watson, ce n’est pas que sa performance soit mauvaise, elle est même plutôt bonne, simplement je l’ai trouvé beaucoup moins touchante que les deux autres. Mais c’est peut-être dû aussi à son personnage, beaucoup plus lisse.

Je ne pouvais pas parler du casting sans parler de Timothée Chalamet. Déjà exceptionnel dans « Un jour de pluie à New York » l’acteur récidive en fournissant une prestation remarquable. J’ai l’impression que les rôles de jeunes hommes bourgeois asocial lui vont à merveille. Il incarnait déjà ce type de rôle dans le film de Woody Allen avec le personnage de Gatsby Welles. Le rôle de Laurie y ressemble à s’y méprendre. Forcément, il ne pouvait donc qu’être de nouveau remarquable. 

Une fin infidèle mais qui envoie un vrai message

Le parti pris de Greta Gerwig était de modifier la fin du roman pour son film. Dans le livre, Joséphine se marie avec le professeur Bhaer. Cependant, Louisa May Aclott n’avait pas voulue cette fin, elle y avait été contrainte par son éditeur qui ne voulait pas d’une fin triste. Une scène que l’on retrouve d’ailleurs dans le film. Greta Gerwig a donc décidé de rendre hommage à l’auteure en réhabilitant la fin qu’elle aurait souhaitée. Joséphine ne se marie pas, elle ouvre son école mixte et observe avec bonheur la reliure de son roman qui s’apprête à être publié. Cette fin est d’ailleurs un peu confuse puisqu’un montage parallèle montre Joséphine accourant vers Bhaer pour l’embrasser. Mais cette séquence n’est en fait pas réelle, elle provient du livre de Joséphine. Une double mise en abime pas forcément très compréhensible sur le coup mais qui permet d’envoyer un vrai message. Dans le film, Joséphine reste fidèle à ses convictions jusqu’au bout, elle restera indépendante et réalisera ses rêves. 

Avant de conclure, je tenais aussi à féliciter le superbe travail qui a été accompli en ce qui concerne la fidélité des costumes et des décors de l’époque, qui permettent une immersion totale dans les États-Unis du 19ème siècle. 

Conclusion 

Nommé deux fois aux Golden Globes, le long-métrage devrait également l’être pour les Oscars 2020. J’espère vraiment que le film sera récompensé, car il s’agit sans conteste d’une des oeuvres qui sera déjà l’une des plus marquantes de 2020. Avec la superbe performance de son casting, en particulier de Saoirse Ronan et Timothée Chalamet, « Les filles du docteur March » est porteur d’un véritable message féministe qui devrait être vu par tous. 

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous.

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

7 réflexions sur “Chronique Express : « Les filles du docteur March », un film très actuel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.