Critique Rétro : « S.O.S Fantômes »

Tous les vendredis, retrouvez la Critique Rétro dans laquelle on se penche sur un film qui a influencé la pop-culture ! 

Sorti en 1984, « S.O.S Fantômes » est réalisé par Ivan Reitman, avec Bill Murray, Dan Akroyd, Harold Ramis, Sigourney Weaver, Rick Moranis et Ernie Hudson. Le film se concentre sur un groupe de chercheurs spécialisés en parapsychologie qui tente de prouver l’existence des fantômes. Virés de la faculté d’où ils faisaient leurs recherches, ils décident alors de fonder une société pour chasser les revenants, qu’ils nomment S.O.S Fantômes. Le succès va très vite se faire sentir et les « Ghostbusters » vont devoir travailler à la chaîne jusqu’à ce qu’ils découvrent une terrible machination qui pourrait bien menacer tout New York. Le long-métrage rencontre un grand succès aux États-Unis avec 238 millions de dollars de recettes sur les 291 millions glanés au total. Dans le reste du monde c’est beaucoup moins le cas, le film ne fait par exemple que 2,9 millions d’entrées en France. « S.O.S Fantômes » obtient deux nominations aux Oscars 1985 pour les meilleurs effets visuels, et meilleure chanson originale mais n’en remportera aucun. En dehors des frontières anglo-saxonnes, le film n’obtient aucune nomination particulière, confirmant la tendance d’un succès centralisé aux USA. Le long-métrage est néanmoins considéré comme culte aujourd’hui, surtout en raison de sa musique. 

Les Ghostbusters

 Il y a des succès qu’on ne comprend pas, pour « S.O.S Fantômes », c’est totalement le cas. Autant ne pas tourner autour du pot. Très rapidement pendant le visionnage, je me suis demandé « mais pourquoi ce film est aussi culte ? ». Difficile en 2019 de se placer du point de vue du spectateur de 1984, qui s’est peut-être émerveillé devant, mais le film a très, très mal vieilli. On ne jugera pas les effets spéciaux de l’époque avec ceux actuellement, ça n’aurait aucun sens, mais même si on le compare à d’autres films d’époques, force est de constater que j’ai énormément de mal à comprendre sa nomination a l’Oscar des meilleurs effets visuels. « Star Wars Épisode IV : La Guerre des Étoiles » sorti pourtant 7 ans avant (1977), fait beaucoup mieux dans ce domaine, tout comme « Terminator » sorti lui aussi en 1984. Alors certes, ce ne sont pas les mêmes budgets, mais de là à être nommé aux Oscars ? 

Au-delà des effets spéciaux, je m’attendais venant d’un film considéré comme aussi culte de voir quelque chose de novateur visuellement, un plan, une séquence, n’importe quoi, mais là, rien. Alors il y a bien les moments où les personnages utilisent le fameux proton pack pour réduire en poussière les fantômes mais c’est tout de même très léger. À part ça, j’ai bien du mal à me souvenir d’un moment, d’un plan marquant. Bref, un long-métrage ne repose pas que sur le visuel me direz-vous, surtout pour une comédie. Il reste encore l’humour, le jeu d’acteur mais même là…

Le combat final

L’humour n’a pas d’âge. L’excuse du temps ne prend pas dans ce cas précis. N’importe qui peut encore rire devant une comédie de Louis de Funès, devant « le Bal des Vampires »,  « Tootsie » ou encore « The Mask ». Pourtant, « S.O.S Fantômes » ne fait pas rire, du début à la fin. Je ne saurais même pas dire si c’est dû aux comiques de situations ou au jeu d’acteur. Sur ce dernier point, peut-on sérieusement parler de Bill Murray ? C’est un grand acteur, pas de problème là-dessus, mais dans « S.O.S Fantômes », son jeu est aussi fantomatique que les revenants qu’il chasse. L’acteur paraît blasé, sans expression, sa diction est lente et ralentie considérablement le rythme du film déjà pas très élevé. De la bande, c’est celui qui est le plus ennuyant. En ce qui concerne Dan Akroyd et Harold Ramis, les deux sont au second plan par rapport à Murray, et c’est dommage car ils incarnaient beaucoup mieux leurs personnages. Seul la fougue d’Ernie Hudson relève le niveau, mais il apparaît beaucoup trop tard dans le film. Enfin, pas grand-chose à dire sur Sigourney Weaver, réduit au rôle d’être la « pas encore mais bientôt petite amie de service » avant d’être possédé par un dieu sumérien. 

Très rapidement, le seul plaisir à voir le film se résumait à écouter la très bonne musique composée par Ray Parker JR, et encore, ce dernier n’est que l’auteur de celle-ci, le reste a été fait par Elmer Bernstein, mais qui se souvient sérieusement des autres musiques du film ? Finalement, j’en suis réduit à me demander si ce n’est pas juste grâce au titre  « Ghostbusters » que le film est devenu culte. 

La seule expression de Bill Murray pendant tout le film

« S.O.S Fantômes » s’avère donc être très décevant. Peut-être que j’en attendais trop, mais lorsqu’un film est autant considéré comme culte, on est en droit d’en attendre beaucoup. Un film culte, c’est un film qui a marqué l’histoire du cinéma, qui est dans son patrimoine. La Critique Rétro de la semaine dernière était sur « Shining » de Stanley Kubrick. Pas besoin de faire un dessin pour comprendre qu’il y a plusieurs mondes d’écart cinématographiquement parlant, et ce, même si les deux films ne sont pas du tout du même genre. On aura beau me l’expliquer, j’ai du mal à croire que « S.O.S Fantômes » puisse être aussi iconique alors qu’il m’apparait comme n’étant pas précurseur en quoi que ce soit. 

Retrouvez la bande-annonce du film ci-dessous.

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s