Chronique Express : « Midway », spectacle et fiabilité historique garantis !

« Midway » est un film réalisé par Roland Emmerich avec Ed Skrein, Patrick Wilson, Woody Harrelson et Luke Evans. Le long-métrage retrace les évènements de la bataille dans le Pacifique Nord, près d’un petit atoll nommé Midway, entre la marine et aviation Américaines face aux Japonais. Une bataille de la plus haute importance car en cas de défaite Américaine, la flotte et l’aviation japonaise auraient pu librement bombarder la côte ouest des USA. L’Amiral Nimitz est alors nommé pour faire face à cette crise, et devra faire face au stratège Japonais, le commandant en chef Yamamoto. Pour cela il peut compter sur son agent de renseignements Edwin Layton, ainsi que deux experts en pilotage, Dick Best et Wade McClusky. Alors qu’a pensé la Chronique Express du film ? Voici la critique de « Midway » !

Luke Evans et Ed Skrein

Les clichés de film de guerre complètement absents

Le gros problème des films de guerre, surtout lorsqu’ils sont Américain, c’est la tendance trop patriotique qui s’en dégage. Dans « Midway », Roland Emmerich tente de se placer du point de vue des deux camps, une intention louable. La balance penche malgré tout légèrement un peu plus du côté américain, mais la tentative du réalisateur s’avère toutefois payante puisque le film ne laisse pas au spectateur le sentiment désagréable d’une valorisation extrême de l’armée américaine, et ça, c’est déjà une réussite. Pour éviter cette vision des choses, le réalisateur se concentre plus sur l’histoire des hommes qui ont participé à l’affrontement sans trop y mêler la politique. Aucun personnage n’est particulièrement valorisé, par exemple, l’Amiral Yamamoto (Etsushi Toyokawa) et le Contre-amiral Yamaguchi (Tadanobu Asano) sont mis sur la même ligne que l’Amiral Nimitz (Woody Harrelson). L’ensemble des personnages est montré sous des bons et mauvais aspects. Les Américains sont montrés comme moins combatifs, arrogants mais cependant plus sensibles que les Japonais, guerriers imbattables, n’hésitant pas à se sacrifier pour la patrie. Cependant, ces derniers sont aussi dépeints comme sans pitiés et parfois cruels. Dans l’ensemble, Roland Emmerich se contente de relater les faits, sans en rajouter ce qui est symbolisé par l’absence de dialogue purement politique et d’avis des personnages sur le camp opposé. 

En plus de ne pas faire un film patriotique, Roland Emmerich évite aussi un autre problème récurrent des films de guerre : le surplus de fiction. Ici, pas de romance inutile, pas d’intrigues secondaires qui ne font que rallonger le métrage dans un but uniquement destiné au fan service. Une sobriété bienvenue qui ne rend le film que plus émouvant.

Ed Skrein et Mandy Moore

Film de guerre = Film émouvant ?

On peut penser que forcément, au vu du contexte, un film de guerre est forcément émouvant. Mais non, tout le monde ne peut pas être Steven Spielberg avec « Il faut sauver le soldat Ryan« . Certains font le pari d’une réalisation audacieuse et jouent plutôt sur la tension et la peur comme l’a fait Christopher Nolan dans le très bon « Dunkerque« , tandis que d’autres se perdent dans une romance qui sent bon le film du dimanche après-midi ( coucou « Pearl Harbor » de Michael Bay »). « Midway » est un peu entre les deux. S’il n’est clairement pas au même niveau de réalisation que « Dunkerque » bien qu’il reste visuellement très beau notamment grâce aux plans à l’intérieur des avions de chasse et plus globalement les batailles entre aviation et la marine, le film est toutefois plus émouvant que celui de Christopher Nolan. En ne cherchant pas à fictionnaliser l’histoire, le long-métrage rend plutôt bien l’émotion de la situation, et pas que du côté américain. Les scènes de sacrifices des soldats japonais sont particulièrement poignantes. 

Si « Midway » parvient à émouvoir, il le doit en grande partie à son excellent casting.  On notera en particulier la très bonne performance de Ed Skrein un acteur surement peu connu du grand public mais qui devrait voir sa cote monter en flèche. Tout d’abord très arrogant, il parvient à montrer sa sensibilité lorsqu’il monte en grade et doit prendre sous son aile tout un escadron. Un changement d’attitude et de jeu qui ne se remarque presque pas tant le rôle lui va à la perfection. J’ai aussi beaucoup aimé Woody Harrelson dans le rôle de l’Amiral Nimitz, un personnage différent de ce qu’il a l’habitude de jouer, c’est-à-dire un rôle qui n’est pas comique. Il montre une autre facette de son jeu d’acteur avec sérieux et sobriété. J’espère le revoir dans ce type de rôle ! Pour finir sur le casting, un mot sur Patrick Wilson. Il interprète le très discret Edwin Layton, un agent des renseignements américains. Son jeu d’acteur m’a énormément fait penser à Tom Hanks et je ne serais pas étonné qu’il se soit inspiré de ce dernier dans « Il faut sauver le soldat Ryan » ou encore « Le Pont des espions ». Un acteur à suivre également ! 

Patrick Wilson

Conclusion :

Il manque à « Midway » ce petit quelque chose qui lui aurait permis d’être à ranger à côté des classiques des films de guerre. Cependant, grâce à sa fidélité historique et son excellent casting,  le long-métrage de Roland Emmerich n’a pas du tout à rougir face à d’autres films du genre sortis ses dernières années comme « Tu ne tueras point » ou encore « Dunkerque ». Pour les amateurs du genre, vous ne serez pas déçu. 

Retrouvez la bande-annonce ci-dessous :

F.M

Et vous, qu’avez-vous pensé du film ? Dites-le nous dans les commentaires !

2 réflexions sur “Chronique Express : « Midway », spectacle et fiabilité historique garantis !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s